Home

Améliorer la biodiversité dans les vignobles [1026]

Envoyer Imprimer

logoFMcachetEn France, la vigne joue un rôle essentiel comme élément paysager en raison de son implantation (840 000 ha) sur le territoire. Cependant, certaines pratiques liées à sa culture (produits phytosanitaires, absence de couvert…) influencent négativement la biodiversité de ces milieux ouverts.

En réponse aux politiques agricoles et environnementales actuelles, les viticulteurs ont développé certaines pratiques favorables à la biodiversité. C’est notamment grâce à la création en 2009 du groupe GTNA Viticulture (Groupe technique national Agrifaune Viticulture) que divers itinéraires techniques ont vu le jour. Les principaux objectifs de ce groupe sont :

  • la réalisation d’un état des lieux des travaux menés sur le sujet « viticulture et biodiversité » ;
  • le partage d’informations pour la mise en place de nouvelles expérimentations ;
  • l’élaboration de protocoles communs de suivis avec l’appui d’experts scientifiques.

Parmi les pratiques favorisant la biodiversité dans ces milieux, il y a l’utilisation raisonnée des produits phytosanitaires, l’enherbement des vignes et l’implantation de haies, de bandes enherbées et de bandes fleuries. Les vignobles deviennent ainsi bénéfiques à la fois pour la faune et pour la vigne elle-même.

Un autre aspect traité par l’article concerne la problématique de l’arrachage viticole. En raison de la crise viticole, des primes pour l’arrachage ont été mise en place par la PAC (Politique agricole commune), notamment la Prime d’abandon définitif (PAD) depuis 1987, qui se traduit concrètement par l’arrachage total des vignes d’une exploitation et souvent à son abandon, conduisant à l’enfrichement des parcelles. Or la fermeture des parcelles est défavorable au petit gibier ainsi qu’aux nombreuses espèces inféodées aux milieux ouverts. En conséquence, et afin d’éviter la fermeture des milieux, un travail d’entretien des parcelles abandonnées a été initié par Agrifaune. [C.S.]

Guittet M., Sibe V., Gaudin J.-C. [2011]. Les vignobles : de nouveaux réservoirs de biodiversité. Faune Sauvage 291 : 34-42 (9 p., 1 tab. 1 réf.).

 

Newsletter

forêt-MAIL
Événements
Publicité
L'asbl Forêt Wallonne ne transmet ni ne revend vos données personnelles à des tiers.